Le marketing est le centre de toutes les attentions lorsqu’on monte son propre business. Si beaucoup de PME renoncent, c’est bien souvent à cause d’une politique marketing inappropriée. Heureusement, le Big Data permet, de nos jours, d’ouvrir de nombreuses portes et d’offrir de bons conseils sur comment se développer efficacement. Voyons ensemble les trois impacts majeurs qu’aura ce domaine en 2018 sur le commerce et les stratégies marketing.

Étendre son marché

Publicité-cibléeL’une des parties les plus difficiles dans une entreprise, pour son aspect « incertain », est d’augmenter son nombre de clients (et donc son revenu). En effet, le choix pour un produit ou un service est grand, ce qui entraîne une forte compétitivité dans la majorité des secteurs…

Le Big Data intervient souvent à ce premier niveau pour capter l’attention des prospects, généralement avec des publicités « parfaitement adaptées ». Google et Facebook l’ont bien démontré : si on connait bien une personne (en accumulant des données sur elle puis en l’associant à des groupes d’intérêt), on peut lui fournir une publicité ciblée qui l’orientera vers notre business.

A titre d’exemple, WordStream nous apprend au travers de son infographie que le taux de clics sur des publicités Google AdWords est en moyenne de 1.91%.

Comprendre son client

Toujours dans la logique de travailler son marketing autour du client, le Big Data permet de connaître précisément les attentes de ses clients et donc de leur fournir la meilleure expérience possible.

Par exemple, avec le Big Data, beaucoup d’entreprises font des recoupements pour voir quel produit intéresserait une majorité de personnes, quel impact aurait un buzz (positif) sur l’image de la société…

C’est ce que l’on retrouve le plus chez les start-ups qui décident d’exploiter les données publiques (feux rouges de Paris, emplacement des parcs, données météorologiques, etc…) ou parfois privées, en vendant un logiciel, une application, un objet connecté.

Comprendre la big data

Top-Hadoop-Companies_FinalDernier point et probablement le plus évident : si 2018 intègre dans son business model une lourde partie Big Data pour la définition de son offre et pour la recherche de clients, par centres d’intérêt, il va sans dire que les sociétés devront mettre en place des outils pour analyser les données.

Si on pense immédiatement à Hadoop, Spark et tous les autres Frameworks Big Data, on sait d’expérience que l’hégémonie d’une solution logicielle peut rapidement tourner (comme on l’a vu pour AngularJS) et rien ne garantit qu’en 2018 des IA n’auront pas remplacées les analystes humains.

En tout cas, les business devront non seulement obtenir des données (ni en trop grande et ni en trop faible quantité), ainsi que des logiciels pour la stocker, la traiter, et prédire de quoi rendre son business viable.

De la Big data pour le marketing en 2018

Si on résume les trois points ci-dessus, on peut voir que le Big Data va intervenir sur toute la chaîne marketing, depuis la définition du produit final à la publicité et la recherche de nouveaux prospects, en passant bien évidemment par la mise en place des outils d’analyse sous-jacents.

Comme le souligne également insidebigdata dans son article, on ne pourra plus reposer en 2018 uniquement sur le marketing des médias sociaux.

PARTAGER
Article précédentNvidia DGX Station : le pouvoir de 47 PC
Article suivantComprendre le langage des poules grâce au Machine Learning
Lambert R.
Ingénieur d'Etudes et Data Scientist depuis plusieurs années, mes travaux et mon parcours scolaire (master en mathématiques fondamentales) m'ont amené aux abords de l'intelligence artificielle. Aujourd'hui j'écris des articles en data science, deep learning, big data et intelligence artificielle pour PenseeArtificielle.fr, dans le but de promouvoir et vulgariser les promesses d'avenir qu'offrent ces domaines de pointe.

1 commentaire